LA DYSGRAPHIE

Comment la définir ?

La dysgraphie désigne les difficultés à accomplir les gestes particuliers de l'écriture, dans son aisance, sa lisibilité ou sa rapidité. Elle peut concerner enfants, adolescents ou adultes.

La dysgraphie peut revêtir plusieurs formes, et est identifiable à travers une écriture :

 

• trop lente ou trop rapide

• fatigante ou douloureuse

• illisible, chaotique, irrégulière, peu soignée

• constituée de lettres mal formées ou disproportionnées, d'espaces non respectés entre les mots 

   et de lignes fluctuantes

• réalisée avec une mauvaise tenue du stylo et/ou une posture inadaptée face à la feuille

• de gaucher, assortie d'une mauvaise position du poignet et de la main, entraînant des douleurs

• d'enfant précoce pour qui le geste d'écriture ne va jamais aussi vite que la pensée

 

 

Quelles sont les conséquences d'une dysgraphie ?

 

Comment accepter d'être sans cesse pointé du doigt

pour le manque de soin de ses cahiers et devoirs sur table ?

Comment être motivé en classe lorsque toute saisie du stylo est douloureuse ?

Comment accepter d'être sanctionné par une mauvaise note parce que le devoir

est inachevé, faute de temps suffisant pour écrire ?

Comment accepter de passer tout ou partie de sa récréation à finir de copier

lorsque ses camarades sont entrain de jouer dans la cour ?

Comment se concentrer sur le contenu de ce qui est écrit lorsque toute l'attention

et la concentration sont monopolisées par l'acte d'écrire ?

 

 

La dysgraphie entraîne une perte d'estime et de confiance en soi, de la frustration et du découragement, de l'agressivité et de la colère parfois envers soi ou envers les autres et de fortes angoisses de ne pas être « dans la norme », l'échec scolaire pointant en toile de fond …

 

Pourtant, les troubles de l'écriture ne sont pas une fatalité !

 

La Graphothérapie apporte une réponse à toutes ces difficultés d'écriture, à travers une rééducation adaptée, reprenant sous forme ludique tous les gestes de base de l'écriture.